Fond de peine

Poudre du soleil aux pigments naturels

Voudrais-tu me cacher ces cernes artificiels ?

Dehors, il fait si froid, le monde n’est pas  prêt

Pour voir ma peine aux couleurs infâmes tu sais

Farde farde vite : la rosée se fane  aussi vite que tu t’estompes

Dehors il fait si froid : je suis sûre qu’ils se trompent

Demain tout ira mieux,  je n’aurai plus vent de toi

Cache un peu plus, la mode n’est pas au bleu

Dehors ils veulent de la joie pastelle, des femmes fortes

Dehors, ils veulent voir des mains d’amoureuses sous escorte

Entre les passés de mode, et les visionnaires

Ferme ta gueule et rend moi plus belle

Cache-moi ce bleu qui cerne mes yeux

Je ne peux pas m’enfuir, il ne peut plus me nuire

Croque mort,  peins  sur mes lèvres un sourire

Je ne peux pas m’enfuir, je ne peux plus mourir

Le sang  coagulé ne me fait plus mal

Je suis déjà morte du fond de mon âme

 

 

 

C’est Juste un prénom pourtant!

C’est juste un prénom pourtant !

« Olfa tu dis ? Ta mère a prononcé ton prénom quand elle dégueulait  ou quoi ? Tu commences mal dans la vie ma petite ! » O-L-F-A … quatre lettres se tenant  la main mais tellement mal assorties.

Ne me lisez pas comme ça avec vos petits yeux camés par les réseaux sociaux! Bah ouais je m’appelle Olfa, j’ai 25 ans et mon prénom est le début de ma contradiction !

Premièrement, je suis d’origine algérienne, je pourrais m’arrêter là et vous pourriez vous délecter en m’associant à tous les décérébrés qui courent torse-nu sur les Champs-Elysées après une défaite des Fennecs en criant « One Two Three viva l’Algérie », vous pourriez aussi imaginer que je suis impulsive au point de frapper dans un mur parce que ce dernier m’aurait mal regardée. Que je fais des youyous à chaque fois que je vois une couleur qui figure sur le drapeau national, que je ne sais pas pratiquer l’autodérision et que je trouve communément dérisoire d’assassiner quelqu’un qui aurait émis une critique sur ma patrie de cœur dans laquelle je ne mets les pieds qu’une fois l’année bissextile.

En fait, ma mère m’a donné un prénom tunisien parce qu’elle se prend pour une Tunisienne. Je vous assure, véridique, sur la tête d’Hammamet, que cette femme est schizophrène ! Elle nous prépare des « tajin jbin »(un genre d’omelette qui porte un titre pompeux de plat marocain) depuis qu’on a 4 ans et elle dit que ses grands-parents maternels sont Tunisiens et qu’ils ont émigré en Algérie dans les années 1900 quelque chose…..

Quelle mytho ma mère : on est algérien depuis au moins 1000 générations !! Et désolée de vous conforter dans vos préjugés mais nous sommes aussi impulsifs que les camerounais raffolent du poulet. On ne se défenestre pas à la moindre défaite de l’Algérie mais on transpire à grosses gouttes à chaque fois que l’équipe adverse frôle le ballon. Devant un match, je n’ai pas besoin de regarder Selim mon petit frère, car je l’entends  vociférer des menaces contre l’arbitre et se métamorphoser en un être hybride, entre l’homme de Cro-Magnon et l’acteur de tragédie grecque, alternant les « cheh » « pff » « tfou », « kho » et « wouaaah », reniflant sa morve et raclant sa gorge pendant la mi-temps comme s’il s’était téléporté depuis le stade jusqu’au salon familial. Puis pendant la seconde partie de l’acte Racino-algérien, clamer des interjections pathétiques du type  « Pourquoiii ?! » « Non !!! », « Pas possible !!! »….

Ainsi commence ma contradiction : Algérienne dans un pays qui a colonisé mes ancêtres, progéniture d’une mère qui s’est donnée  le droit de choisir ses origines et qui m’a inventé un lien avec un pays qui fait pencher ma tête à l’est quand mon cœur est à l’ouest, que ma plume est au nord,  et que mes sourcils sont partout… #emmanuelchainstyle

J’aurais bien aimé m’appeler Héloïse : que mon prénom laisse présager une beauté et une douceur rousseauistes. Que mes parents soient islamophobes et que je puisse être fière d’une histoire franco-française pleine de contradictions mais lisse et cohérente selon Hachette et Nathan.

Mais Olfa c’est à prendre ou à prendre, je n’ai pas le choix… j’aime quand même l’Algérie de loin depuis le Mexique, mon véritable  pays d’origine… Olfita, charmant, non ? Pourquoi pas ? Puisqu’on peut choisir son sexe, je choisis le Mexique pour cette année, je verrai en 2016….