5 choses que seuls les enfants d’immigrés comprendront

1/ Ton pays d’origine sera ta seule destination de vacances jusqu’à tes 25 ans

L’Algérie est certes un beau pays dans lequel tu rêves de pouvoir un jour emmener tes futurs rejetons. Mais tu aimerais explorer des contrées plus lointaines et plus exotiques, adosser ta grosse tête à d’autres arbres que le palmier  fournisseur de  Deglet Nour : fruit mielleux qui alourdira davantage l’excédent de bagages à chaque retour de pèlerinage. Tu rêverais de déguster des piña colada halal en souriant à un beau gars musclé qui possède encore toutes ses dents sur une plage de sable fin. Mais non ! La gazouz tu boiras, du Laban tu dégusteras en admirant les couchers de soleil, sur le stah brûlant, chaussé de claquettes en plastique. Par Mhemed, le garagiste moustachu en marcel, tu seras demandée  en mariage après un  échange de regard unilatéral avec option  « haussement de sourcils broussailleux ».

Et ne t’avise surtout pas de te plaindre, tu risquerais d’entendre le doux son du père qui te mettrait sous le nez la facture Aigle Azur attestant qu’il a mis toutes ses économies dans ce voyage de rêve car toi qui vouli li souleil, li facances, la mousique, tu es plus que servi.  Te voilà carbonisé par le soleil algérien qui te fait siester de 13h à 18h. Tu peux toujours t’ambiancer avec du Cheb Khalass, le loveur de Sétif, un chanteur dont les paroles te feront fondre. « Apporte-moi ton verre et fais-moi boire » entonne-t-il à sa belle dans le premier couplet.

2/ Ta mère te parlera de ton mariage dès l’âge de deux ans.

Ton trousseau tu constitueras en priorité. Car c’est le mariage qui te fera entrer dans la cour des grands. « Quand tu te marieras incha’Allah » sera la phrase préférée de ta mère.

-Tes problèmes d’acné disparaîtront quand tu te marieras.

-Tu pourras sortir quand tu veux, quand tu te marieras.

-Tu pourras t’épiler les jambes quand tu te marieras.

-Tu auras un copain quand tu te marieras (ton mari quoi^^).

D’autre part, tu checkeras régulièrement ta date de validité de célibat. Plus tu t’approcheras de la trentaine, plus ton potentiel 3roussa déclinera et chaque dispute entre ta douce mère et toi sera une parfaite occasion pour te manger dans la gueule un « de toute façon, toi t’es périmée »

 

3/ Enfant, tu seras déjà un adulte

Du  « atey » tu boiras à 23 heures en regardant Canal Algérie quand tous tes petits camarades de classe auront adorablement glissé dans les bras de Morphée, bercés par  une veilleuse en forme d’étoile sur la table de chevet.

Les factures EDF-GDF tu sauras remplir en CP car il faut bien que « licoule » serve à quelque chose hein ?!

La pastèque  au marché, tu sauras négocier.

Les poupées et les camions de pompiers en jouet, tu snoberas et quand tu auras la possibilité de choisir un cadeau dans le catalogue de Noel donné par le travail de ton père, la couette molletonnée tu choisiras, sous le regard bienveillant de ton père.

4/ Aux yeux de tes parents, tu seras toujours suspect.

Tout ce que tu fais sera toujours considéré comme suspect. Le Coran sera le gage de vérité que ton tendre papounet sortira à la moindre occasion, pour vérifier ton honnêteté. Tu n’auras jamais intérêt à esquisser le moindre sourire quand il te parlera de quelque chose de sérieux au risque de te voir infliger un coup du lapin par le truchement d’une claque salée, agrémentée d’un « ti tfou dma guile ». Ta chambre sera contrôlée régulièrement par mesure de piété et ne t’avise surtout pas d’invoquer l’argument de l’intimité si tu ne veux pas engendrer encore plus de méfiance. Car le mot intimité est analysé en un millième de seconde dans la matrice cérébrale de la mère et se trouve  traduit par « elle cache quelque chose cette qahba »

5/ Ton appartement sentira toujours cette douce odeur de nourriture.

Tu sentiras toujours le couscous, l’huile, la sauce, le mafé même après une bonne douche et trois tonnes de parfum. Mais la « vie est belle » et elle ne serait pas aussi belle sans une bonne marga avec des batatas. 🙂