365 jours plus longs

J’ai passé ma jeunesse entre le manque de temps et le trop plein de minutes. Le café  un poil trop froid quand le bus arrive dans 10 min; l’horloge devient compte à rebours et le bourdonnement du micro-onde prend des allures de bande originale de thriller. Incapable d’arriver à l’heure, toujours en avance, toujours en retard. Un peu à l’image de nos relations : le temps filait jusqu’aux remords et le mot excuse mettait une décennie à traverser le gosier pour arriver jusqu’ au bout de la langue. Toujours trop tard, toujours dix fois trop tard.

Et la douleur des femmes, toujours trop tôt. Pas étonnant que mes menstruations soient arrivées à reculons, mon corps ne voulait pas parce qu’il avait compris que ça faisait mal d’être une femme dans le coin. Quant à ma volonté de me sentir pousser des seins, elle était refoulée par des remontrances qui n’ont fait que fouler aux pieds ma féminité, encore, encore et encore. Tu te raseras plus tard, tu te maquilleras plus tard, tu tomberas amoureuse plus tard, tu exploreras ton corps plus tard, plus tard, plus tard, plus tard, trop tard  et merde !

Des projections d’adulte venant percuter des rêves d’ado. Quand tu te marieras deviendra le leitmotiv pour refreiner toutes nos envies.. Et ça faisait mal d’attendre pour tout et ça faisait mal de voir filer les années si vite.

A la chaleur des étés, s’ajoutait la lourdeur des secondes passées à attendre la rentrée des classes. Pas de vacances pour les pauvres comme nous, les garçons sortaient, seulement les garçons.

Et toi Yemma, qui as vu ta jeunesse s’échapper à toute allure. En assiettes, en draps, en taies d’oreiller, en tables, en chaises, en meubles bas de gamme, en murs crasseux, en vaisselle fièrement collectée, en couches  à laver, encore,  encore et encore…

Le temps c’est de l’argent, quelle plaisanterie!!! Le temps c’est du temps, de la souffrance et aucune reconnaissance!

Et en magicienne tu as transformé le cours du temps en cours d’amour, et ça coulera au-delà de ta vie, Yemma..

A ceux qui donnent de leur temps, gracieusement, que Dieu vous réserve une éternité d’amour…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *