Fond de peine

Poudre du soleil aux pigments naturels

Voudrais-tu me cacher ces cernes artificiels ?

Dehors, il fait si froid, le monde n’est pas  prêt

Pour voir ma peine aux couleurs infâmes tu sais

Farde farde vite : la rosée se fane  aussi vite que tu t’estompes

Dehors il fait si froid : je suis sûre qu’ils se trompent

Demain tout ira mieux,  je n’aurai plus vent de toi

Cache un peu plus, la mode n’est pas au bleu

Dehors ils veulent de la joie pastelle, des femmes fortes

Dehors, ils veulent voir des mains d’amoureuses sous escorte

Entre les passés de mode, et les visionnaires

Ferme ta gueule et rend moi plus belle

Cache-moi ce bleu qui cerne mes yeux

Je ne peux pas m’enfuir, il ne peut plus me nuire

Croque mort,  peins  sur mes lèvres un sourire

Je ne peux pas m’enfuir, je ne peux plus mourir

Le sang  coagulé ne me fait plus mal

Je suis déjà morte du fond de mon âme

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *