Miséricorde

Ne m’oublie pas dans tes prières, et lorsque ton sein s’emplira d’un grain de miséricorde…

Oublie nos chagrins, oublie le besoin, la faim d’amour et nos sempiternelles discordes.

Oublie qu’on s’était aimé fougueusement et qu’un matin l’Eternel a coupé la corde.

Oublie mon visage abîmé par les gerçures du temps,  impitoyable aux hordes

De SOS lancés contre la montre,

De drames affrontés.

Et si on avait pu surmonter l’ennui et si on avait pu surmonter les pluies s’abattant sur nos vitres les jours de printemps ?

Et si on avait pu égrener le vent en s’étrennant d’une étreinte ?

Si on avait demandé pardon avant que la mort à mon cœur ne t’emprunte ?

Et si on n’avait pas changé ou si on avait changé sans s’écorcher les côtes ?

Achève-moi ou guéris-moi.

Mais dans tous les cas,

Couvre-moi

De ta miséricorde…

Si c’est tout ce qu’il nous reste….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *